Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SAUVONS LE BOIS DE BOULOGNE

SAUVONS LE BOIS DE BOULOGNE

Contre le Centre d'Hébergement Allée des Fortifications, Porte de Passy

RÉTABLIR LA VÉRITÉ SUR LE CENTRE D’HÉBERGEMENT

RÉTABLIR LA VÉRITÉ SUR LE CENTRE D’HÉBERGEMENT

RÉTABLIR LA VÉRITÉ SUR LE CENTRE D’HÉBERGEMENT

21 MARS 2016 CLAUDE GOASGUEN

Après une semaine très agitée et qui a vu le 16e arrondissement fortement fustigé par une presse à charge, j’ai reçu vendredi dernier le Préfet de Région, M. Carenco, et nous avons pu débattre sereinement de la situation.
Je tiens à préciser que les invectives qui ont marqué la réunion sont condamnables et je les ai condamnées. Elles ont donné une image de notre arrondissement qui n’est pas positive même si on peu comprendre l’inquiétude de personnes mises devant le fait accompli.
Nous sommes dans le 16e arrondissement légalistes et nous entendons faire respecter devant les tribunaux la loi concernant le Bois de Boulogne. Mais nous sommes tout autant solidaires que les autres arrondissements de Paris et j’ai donc évoqué d’autres possibilités devant le Préfet de Région.
Je ne suis pas sûr que ces propositions aient été entendues suffisamment et dans le cas contraire, les associations de défense de l’environnement pourront mener la bataille administrative et judiciaire.
Mais je voudrais souligner que j’ai été très choqué de l’animosité, voire de la haine que notre arrondissement pouvait susciter injustement, sous les vieux clichés de journalistes peu informés de la réalité de l’importance du tissu associatif caritatif dans notre arrondissement.
Enfin, je tiens à rappeler que je n’ai jamais refusé de propositions de centre d’hébergement et que si le 16e compte moins de places d’hébergement que les autres arrondissements de Paris c’est que la Mairie de Paris ne nous a jamais fait de suggestions dans ce sens , à l’exception de celle qui était la pire des solutions qui était le Bois de Boulogne que nous entendons promouvoir comme il doit l’être, c’est-à-dire en un espace de loisirs et non comme une réserve foncière dont on se sert pour régler les problèmes.

Partager cet article

Commenter cet article