Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SAUVONS LE BOIS DE BOULOGNE

SAUVONS LE BOIS DE BOULOGNE

Contre le Centre d'Hébergement Allée des Fortifications, Porte de Passy

La gauche parisienne provoque le XVIe

La gauche parisienne provoque le XVIe

La majorité municipale a voté un «vœu» présenté par les écologistes devant le Conseil de Paris.

Delphine de Mallevoüe Publié le 31/03/2016 à 20:03

Alors que la décision d'Anne Hidalgo de construire un centre d'hébergement d'urgence pour migrants et sans-abri sur le site classé du bois de Boulogne, dans le XVIe arrondissement de Paris, soulève toujours une vive polémique chez les riverains, l'ombre d'un deuxième centre plane sur ce quartier cossu et résidentiel.

Décidé par la maire de Paris en décembre «sans consulter les élus et les habitants du XVIe qui ont été mis devant le fait accompli», ne décolèrent-ils pas, un centre provisoire pour trois ans doit accueillir d'ici à l'été 200 personnes, allée des Fortifications, sous les fenêtres d'opulents propriétaires. Après une pétition de milliers de signatures, une réunion publique, le 14 mars, qui a tourné au fiasco, avec 2000 riverains débordant de colère, une manifestation a été annoncée pour avril par Claude Goasguen, député-maire (LR) du XVIe arrondissement et farouche opposant au projet.

«Égoïsme social»

Mais d'ores et déjà un autre projet de centre pour migrants émerge. Il a pris la forme d'un «vœu», présenté mardi soir devant le Conseil de Paris par les élus écologistes, et la majorité l'a adopté. Ian Brossat, adjoint (PCF) à la maire de Paris, chargé du logement et de l'hébergement, qui dénonce «l'égoïsme social» de Claude Goasguen et ne voit pas «au nom de quoi, le XVIe arrondissement se déroberait à cette exigence de solidarité?», s'est également dit partisan de ce deuxième centre d'hébergement. L'adjoint entend surtout, par l'usuel jeu des petits pièges politiques, prendre au mot le maire du XVIe qui, depuis des semaines, défend l'esprit «solidaire» de son arrondissement en proposant quatre autres sites d'hébergement comme alternative à celui prévu dans le bois de Boulogne «protégé, classé et non constructible». «Puisqu'il propose d'accueillir des migrants, sautons sur l'occasion!», ironise l'entourage de Ian Brossat. Emmanuelle Cosse, la ministre du Logement et de l'Habitat durable, a elle aussi pris la balle au bond en disant «valider» l'idée d'un deuxième centre dans le XVIe. Une position favorable, plutôt que l'annonce formelle d'une décision. Au reste, la mairie de Paris prend soin de tempérer tout emballement sur la réalité de ce second projet. Le texte adopté par le Conseil de Paris «est seulement, comme tous les vœux, une déclaration d'intention, sans mention de lieu ou de date, qui n'a pas de valeur opérationnelle et qui ne traduit en rien une décision», prévient la municipalité. Le cabinet du maire du XVIe confirme: «Un vœu ne crée pas de droit, une délibération, oui.»

Pour autant, au lendemain de ce «vœu», Claude Goasguen s'est dit «tout prêt à discuter des conditions d'implantation d'un centre dans le XVIe arrondissement» mais «dans le cadre d'un schéma départemental de coordination». «Il me paraît en effet légitime d'associer le XVIe arrondissement à l'effort de solidarité», a-t-il ajouté. L'élu soutient qu'il n'a jamais été défavorable à un centre, à condition qu'il soit «hors du bois», «inséré au centre-ville, dans la vie de quartier» et de «petite taille». Le 18 mars, il avait rencontré le préfet de la région Île-de-France pour lui proposer quatre sites, pour l'heure «confidentiels». Allée des Fortifications, dans le bois de Boulogne, le permis de construire récemment délivré pour le centre d'hébergement si contesté vient d'être affiché. Et les travaux préalables au chantier viennent de commencer.

L'hébergement d'urgence en chiffres

L'île-de-France compte au total 63 000 places d'hébergement d'urgence, dont 30 000 places à Paris. Les capacités pérennes de droit commun sont de 19 300 places en centre d'hébergement (dont 9 150 à Paris), auxquelles s'ajoutent 2 860 places de renforcement hivernal et 33 800 places d'hôtel (dont 16 300 à Paris). Soit um budget de 505 millions d'euros en 2015, dont 245 millions pour Paris. Une somme à additionner au budget dépensé pour l'hébergement des demandeurs d'asile: 70 millions d'euros en 2015, dont 32 millions pour Paris. Pour ces populations, le <<parc>> en IDF (Cada + centres d'hébergement + nuitées) est de 8 255 places, dont 3 838 à Paris.

Partager cet article

Commenter cet article